À SIP-Bench

Quoi?

SIP BENCH III – Analyse comparative des outils de contrôle parental

L’objectif de cette étude est d’aider les utilisateurs finaux, notamment les parents et les personnes assurant la garde des enfants, à choisir l’outil de contrôle parental qui convient le mieux à leurs besoins.

Comment?

Les outils sont examinés par rapport aux critères de l’effectivité, du fonctionnement, de possibilités d’exploiter, de la configurabilité, de la transparence, de la sécurité (la résistance au piratage et à d’autres problèmes de sécurité), de l’aptitude, de la personnalisation pour les utilisateurs européens et de nouvelles formes de contenu numérique (p.ex. web 2.0 contenu généré par les utilisateurs et des sites de réseaux sociaux.)

L’étude est réalisée à l’aide de l’objectif d’une durée de huit mois, des évaluations d’expert au sujet des produits, indépendantes des vendeurs/fournisseurs, des outils et d’autres systèmes et des services qui permettent aux utilisateurs de contrôler l’accès des enfants au contenu non approprié en ligne et de surveiller leur comportement de l’usage, i.e. en ce qui concerne certaines applications ou le temps passé en ligne.

L’étude se réfère seulement à l’usage volontaire des technologies de filtrage par les utilisateurs finaux pour protéger les enfants contre les contenus préjudiciables en ligne. Dans les analyses, le contenu envoyé ou reçu par les enfants n’est pas pris en considération (p.ex. le contenu des e-mails reçus ou une information publiée sur Facebook) parce que le filtrage d’un tel contenu violerait leur droit au respect de la vie privée.

À la suite de chaque cycle de l’analyse comparative, une liste de classement sera réalisée afin d’aider les utilisateurs finaux à prendre des décisions.

Pourquoi?

Selon les données d’Eurostat, plus de 70% de tous les ménages ont l’accès à Internet.

De plus en plus de jeunes enfants ont l’accès à Internet. En outre, l’environnement numérique est en constante évolution. Des smartphones, des tablettes ou même des consoles de jeux sont devenus les principaux appareils d’Internet équipés non seulement des écrans tactiles puissants mais aussi des caméras et des fonctions de détection. Cette mobilité nouvellement acquise apporte avec elle un large éventail des usages innovantes qui permettent aux enfants d’apprendre et de communiquer de nouvelle façon. Cela rend aussi l’usage des services en ligne très personnelle et, par conséquence, la surveillance parentale très difficile.

Safer Internet

La Commission Européenne a réussi à placer la question d’Internet plus sûr dans l’agenda de l’UE et des pays membres depuis 1966 à travers des programmes succesifs Safer Internet.

Un objectif central, pour le programme Safer Internet, est d’informer et d’autoriser le grand public, les parents, les personnes assurant la garde des enfants, les enseignants et les enfants eux-mêmes sur les problèmes liés à la sécurité des enfants en ligne. L’objectif principal est de les aider à trouver des informations pertinentes et à approfondir leurs connaissances sur l’usage d’Internet et d’autres technologies en ligne de manière plus sûre. Dans le domaine spécifique des outils de contrôle parental, la Commission a financé une étude dans le cadre du programme Safer Internet plus (2005-2008) qui vise à "l’Analyse comparative des logiciels et des services de filtrage".

L’étude a visé à fournir des indications aux parents et aux personnes assurant la garde des enfants, en particulier à améliorer la connaissance des solutions et la promotion des meilleures pratiques. L’étude a abouti aux trois rapports sur plusieurs produits de filtrage entre 2006 et 2008. Elle a été suivie par l’étude SIP BENCH II qui a été finalisée en décembre 2012.

Plus d’information sur le programme Safer Internet:
http://ec.europa.eu/information_society/activities/sip/index_en.htm


Funded by
Logo: EUEuropean Commission


Partners:
Cybion Online Business Intelligence

Stiftung Digitale Chancen

coordinated by:
Innova - Technology Transfer and Valorisation



Find us on
Find us on facebook Follow us on twitter